Blog

Exposition

J'expose une parti de mes Jeu de Couleurs

à la paroisse de Saint Germain ,

le 2 et 3 juillet 2017

 

Paroisse Saint Germain

17 bis , Rue de Rosny

94120 Fontenay sous Bois 

 

samedi : du 9 h à 11 h

dimanche du 11 h30 à 16 h

 

photo : le commencement de accrochage 

 

Img 3741

Jeu de Couleurs

" .... " 

 

acrylique

toile 30 sur 30

avec certificat d'authenticité

Img 3728

Jeu de Couleurs

" ... " 

 

acrylique semi-liquide

toile 30 sur 30

avec certificat d'authenticité

4 juin 2017

Jeu de Couleurs

" Le Fil Vert " 

 

acrylique sur toile 30 sur 30

avec certificat d'authenticité

1 juin 2017

 

Chères toutes et chers tous, et si nous portions un fil vert ? Pourquoi un fil vert me demanderez-vous ? Simplement pour permettre de nous retrouver, de ne plus nous ignorer, et aussi de ressusciter une des choses les plus importantes sur cette terre : notre unité ! Redevenons cette humanité d'espoir partagés, de tolérance mutuelle, d'amour lié. Chassons notre individualité, celle qui nous rends aveugles aux autres. Aujourd'hui, décidons de porter ce fil vert, symbole de notre unité. C'est vrai, c'est jute une goutte d'eau dans le monde, juste un petit fil mais, si toutes et tous nous portons ce fil, alors l'espoir d'un monde ou les hommes n'auront plus peur des uns et des autres, un monde ou ils se rencontreront, partagerons, pourra renaître tel un océan. En partage, je vous donne à regarder, à lire et, à écouter, l'appel de cœur d'un homme de cœur, notre ami Alfredo Valente. Ne se nourrissant pas de chimères, il nous ouvre la voie vers cette unité retrouvée. Merci à toi Alfredo d'avoir été le premier à porter ce petit fil vert. Et, si demain nous croisons une personne qui, comme nous, porte ce fil vert, dirigeons nous vers elle le sourire aux lèvres pour échanger, partager, retrouver notre Humanité dans l'unité...

Cristal Himalaya

Jeu de Couleurs

" Sacrée "

 

acrylique semi-liquide 

toile 40 sur 40

avec certificat d'authenticité

Img 3691

 

Sagesses du Monde : Le Secret du Passeur...

Il était une fois un jour, dans l'Afrique profonde, un homme du nom de Baya qui cheminait sur le chemin de la connaissance, qui arpentait la route de sa vie.

Baya, après avoir traversé une bonne partie de la Tanzanie, se dirigeait vers le Mozambique.

Toutefois, pour s'y rendre, il devait d'abord traverser le fleuve Ruvuma qui servait de frontière entre les deux pays.

C'est là, au bord du grand fleuve, qu'il rencontra un passeur qui attendait sur la berge.

Tranquillement installé près de son bateau, ce dernier attendait qu'on ait besoin de lui et de son embarcation.

Arrivé près de lui, Baya remarqua son air étrange et mystérieux, avant de lui demander :

- "Dis moi passeur, pourrais-tu m’emmener de l'autre coté ?"

Acquiesçant de la tête, ce dernier se leva et mis immédiatement son bateau à l'eau.

Ceci fait, il objecta :

- "D’où viens-tu et où vas-tu mon ami ?"

Le voyageur répondit :

- "Je me nomme Baya, je viens du passé et je vais vers l’avenir à la recherche de la béatitude, et ceci depuis ma naissance."

Tout en lui proposant de s'installer à bord, le passeur répliqua :

- "C'est très bien ! Mais aujourd'hui, où en es-tu de ton voyage ?"

Surpris de la question et même un peu déstabilisé par elle, alors que le passeur enfonçait sa perche dans le fleuve, Baya expliqua :

- "C'est bien difficile ! En vérité, je ne sais pas où j’en suis car j’ai étudié des années, j’ai parcouru le monde dans tous les sens, j’ai médité et suivi les enseignements des grands maîtres, j’ai renoncé à m’installer, à aimer un autre être, j’ai fait vœu de chasteté et de célibat, j’ai travaillé mes défauts, mes colères, ma vanité, mon orgueil, mon égoïsme, j’ai prié, prié, prié et j’ai même abandonné Dieu !"

Ceci dit, tandis que la barque avançait doucement, il avoua avec dépit :

- "Mais aujourd'hui, alors que je suis ici près de toi passeur, je constate que je ne suis rien."

A ces mots, un très long silence suivi, seulement marqué par le bruit de la perche qui fendait les flots.

Baya posa alors son regard sur le passeur.

Ce dernier montrait une telle quiétude, un tel sentiment de paix, en lui et à l'extérieur de lui.

Baya en fut tout chamboulé, comme si cette énergie entrait en lui.

C'est là que tout revigoré, il demanda au passeur :

- "Mais toi mon ami passeur, plus je te regarde, plus dans tes yeux, sais-tu, je vois quelque chose de merveilleux !"

Montrant enfin un sourire, il ajouta :

- "Je vois dans tes yeux ce que moi je cherche depuis tant d’années sans savoir y mettre un nom. Dis-moi qu’as-tu fait, enseigne-moi ton secret, le secret du passeur."

Avec calme et une grande sérénité, le passeur lui expliqua :

- "Ce que j’ai fait mon ami ? Mais vois-tu, moi aussi comme toi, j’ai cherché dans ma jeunesse, j’ai même cru que j’avais atteint le portail de la vérité. Mais derrière cette porte il n’y avait absolument rien ! Alors, il m’a fallu réapprendre à vivre ! A vivre mes colères, à vivre mes vanités, à vivre l’orgueil et l’égoïsme, apprendre la vie en couple, apprendre la jalousie et la possession, apprendre à réapprendre, à vivre les initiations, à expérimenter les débuts sans les fins."

Sur ces paroles, il regarda le fleuve avant de poursuivre :

- "Jusqu’au moment où la vie m’a montré la beauté dans les épreuves, les défauts, dans mes défauts ! C'est là que j’ai enfin compris que la pierre était un être en devenir, qu’une colère était une paix en devenir, que la méchanceté était du bon en devenir, que le mensonge était la vérité en devenir, que la haine était de l’amour en devenir, que l’ombre était de la lumière en devenir !"

Baya demanda :

- "Et alors mon ami passeur, après toutes ces découvertes, finalement qu'as-tu compris ?"

Esquissant à son tour un sourire, mais un sourire de paix, le passeur s'exclama :

- "Et bien, après toutes ces découvertes, j’ai enfin compris qu’il n’y avait rien à attendre, que le passé fût du futur en devenir et par conséquent du présent en l’état."

Touchant enfin l'autre rive, il continua :

- "Et c'est à ce moment-là vois-tu, que j’ai senti poindre en mon cœur, en mon âme cette ultime vérité du moment : il n’y a que l’amour et cet amour permet d’atteindre la sublime illusion de la béatitude. Et en vérité, la seule chose est d’aimer, aimer la pierre, le vent, la rivière, aimer la colère, la méchanceté, la bêtise. Aimer le monstre comme le saint, aimer ton corps, ton âme et ton esprit et peu importe s’il n’est pas parfait car là aussi il y a moyen d’aimer son imperfection."

A ces mots, Baya posa le pied sur le sol du Mozambique, sur la rive opposée du fleuve Ruvuma.

Ceci fait, il donna une pièce au passeur pour le passage, et prenant son petit baluchon, il le remercia de ses mots.

Tout en reprenant alors le chemin en sens inverse, ce dernier termina d'une voix forte :

- "C'est là mon ami voyageur mon secret, le secret du passeur."

Et c'est ainsi que ce termine ce conte.

De même, n'oublions pas aussi de lire le texte ci dessous : il pourrait nous ouvrir encore quelques portes.

 

Cristal Himalaya

Foot 743953 960 720

Jeu de couleurs

" Le Vert ... "

Je  ne vais pas plus loin dans la nomination , car je préfère que vous le nommer selon votre ressenti .

 

encre sur papier 10 sur 15

passe partout 18 sur 24

avec certificat d'authenticité

Img 3688

 

Exposition de mes peintures organisée par AtmosFeel

L'Exposition durera jusqu'au 1 mai 2017 .

Voici les tableaux qui sont exposés.

Pour ceux qui ne savent pas se déplacer , vous pouvez acheter une de ces tableaux auprès de AtmosFeel 

email adresse : bienvenue@atmosfeel .fr

 

sur toile 20 sur 20 

prix : 70 euros 

 

1

14590335 1140100376081987 6995308656008186201 n

214390837 1140100242748667 1992539567503906490 n

3Img 2564

encre sur papier 

30 sur 40

pris : 90 euros

 

4

017 2 jpg

encre sur papier 

40 sur 50 

prix : 150 euros

 

5

071 1

 

6

074

 

7073

acrylique sur papier 

40 sur 50

avec passe-partout bleu foncé

prix : 150 euros

 

8

Img 1927

 

acrylique sur toile 

38 sur 45 

prix : 280 euros

 

9

001

acrylique sur toile 

40 sur 50 

prix : 280 euros

 

10

Img 2747

 

111601310 215917458607638 1771413149 n

acrylique (technique semi-acrylique ) sur toile

50 sur 60

prix : 350 euros

 

12

Img 3608

acrylique sur toile

55 sur 65

prix :400 euros

 

13

30 novembre 2014


 

 

Vernissage de l'exposition de mes peintures

Exposition des acryliques sur toile et encres sur papier 

organiser par Atmosfeel 

https://www.atmosfeel.fr/


VERNISSAGE le jeudi 6 avril de 19h à 22h !


O'Bistrot de Tom 59 rue d'Anjou près de Saint-Lazare (Paris 8e)

Venez découvrir le Monde des Couleurs de cette artiste Flamande et échanger avec elle et avec l'équipe d'AtmosFeel, dans un lieu convivial du 8e arrondissement de Paris.

"Durant ma vie, j'ai toujours eu des périodes où je ressentais le besoin d'être créative, de peindre, jouer avec de l'argile, créer avec mes mains...
Étant longtemps trop absorbée par mon activité professionnelle, je n'ai pas été plus loin dans ma créativité.
Suite à certains événements en 2013, ma vie a complément changé et je sens à nouveau cet élan d'aller explorer ma créativité.
Pour moi, peindre, c'est " jouer avec des couleurs ". Avant de commencer à jouer avec les couleurs, je pratique quelques respirations pour me centrer. Puis je me laisse guider par elles, sans but précis...
Bonnes découvertes à tous dans mon Monde du Jeu des Couleurs !"
Bettina

Affiche bettina v3

Jeu de Couleurs du 3 février 2017

" Le mouvement ... " 

 

acrylique semi-liquide 

toile 61 sur 50

 

avec certificat d'authenticité 

livraison gratuite en France 

prix : 350 euros

Img 3608

Idées cadeau !

Vous pouvons trouver 4 de mes Jeu de Couleurs dans la boutique de Atmosfeel

http://atmosfeel.tictail.com/

 

Donner de l'art comme cadeau 

Jeu de Couleurs

Je ne nomme pas ces jeux de couleurs .

Je laisse à Vous de voir .......

 

semi-acrylique sur toile 20 sur 20

avec certificat d'authencité

prix : 70 euros /piéce

livraison gratuite en France

 

14390837 1140100242748667 1992539567503906490 n

14590335 1140100376081987 6995308656008186201 n

Sagesses du Monde : Le Coeur de Shankara...

 

Il était une fois, un jour, dans les rues de Delhi, un jeune Sadhu, un jeune ascèse qui s'appelait Sarup.

Sarup, depuis fort longtemps, avait toujours été dévot aux textes sacrés, et c'est bien plus encore méthodique, que chaque matin, il pesait la valeur de son cœur.

Toutefois, faisant aussi preuve de l'égo de la jeunesse, depuis quelques jours déjà, lorsqu'il le pesait, il aimait à penser que, son cœur justement, était le plus pur et le plus lumineux de toutes les habitantes et les habitants de Delhi.

En cela, convaincu que son cœur pouvait se comparer à celui de Krishna, il décida de se rendre sur la grande place du temple Akshardham, et voulant partager sa grande joie, il s'écria devant tous :

- "J'ai pesé mon cœur ce matin et je proclame, qu'il est le plus pur et le plus lumineux de tous !"

Bien entendu, la foule massée devant le temple se réunit autour de lui, pour admirer cette merveilleuse perfection.

Et tandis que le jeune Sarup déclinait les valeurs de son cœur, tout en montrant sa beauté, les fidèles se disaient :

- "Mais cela est vrai ! Le cœur de ce jeune sadhu est pur et sans cicatrices. C'est vraiment le cœur de Krishna qui bat en lui !"

Les fidèles alors convaincus de cet état de beauté intérieure, le jeune Sarup, porté par la transe de l'égo, s'exclama de plus belle encore :

- "J'ai pesé mon cœur ce matin et je proclame, qu'il est le plus pur et le plus lumineux de tous ! Le cœur de Krishna bat en moi."

Sur ces mots, les fidèles s'agenouillèrent tous devant lui et c'est là, que parmi eux, un vieux moine resté debout s'approcha du jeune Sadhu.

Avec la démarche d'un homme usé par les ans, aidé d'un bâton, il arriva devant le jeune Sarup et gravement, il le dévisagea de la tête aux pieds.

Un peu contrit que le vieil homme ne se soit pas agenouillé, comme les autres fidèles, devant lui, le jeune Sadhu lui demanda :

- "Qui est tu vieux moine ? Comme tous les fidèles, tu ne vois pas que le cœur de de Krishna qui bat en moi ?

S'appuyant avec difficulté sur son bâton, le vieux moine répondit :

- "Mon nom est Shankara et, quand à voir le cœur de Krishna qui bat en toi, alors non, je ne le vois pas !"

Interloqué par ses mots, le jeune Sarup objecta :

- "Tu ne le vois pas ? Peut être sont ce tes yeux qui te jouent des tours vieil homme ?"

Le vieux moine répliqua :

- "Mes yeux sont peut être vieux mais, saches bien que je ne suis pas aveugle ! Par contre jeune sadhu, toi tu es aveuglé par ton égo qui te masque la vérité : ton cœur n'est certainement pas le plus pur et le plus lumineux de tous !"

Irrité mais amusé, le jeune Sarup riposta :

- "Bientôt vieux moine, tu vas aussi me dire que le tiens est plus pur et plus lumineux que le mien !"

Sur ces paroles, le vieux moine retira le haut de son Késa pour laisser apparaître un cœur laid, qui brillait comme mille soleils.

Sidéré par ce miracle, les fidèles et le jeune sadhu regardèrent avec stupeur le cœur de Shankara.

Il battait avec force, mais dans sa grande lumière, il était plein de cicatrices, et même quelques pièces y manquaient, tandis que d’autres avaient été ajoutés.

Dans la brillance bigarrée et changeante de son cœur, il y avait quelques parties disparues depuis fort longtemps et, on voyait bien que ce dernier, portait le poids des ans du vieux moine.

Stupéfaits par la brillance mais aussi par la laideur de son cœur, les fidèles assemblés pensèrent :

- "Il est vrai que son cœur est beaucoup plus lumineux que celui du jeune sadhu, mais quand on regarde sa laideur, on voit bien qu'il n'est pas le plus beau ! Alors, comment ce vieux moine pourrait-il nous dire que son cœur est plus pur que celui du jeune homme ?"

Sur cela, le jeune sadhu regarda le cœur de Shankara et se mit à rire, avant de s'exclamer :

- "Ton cœur est certes plus lumineux que le mien vieux moine, mais comment comparer ?"

Posant la main sur le sien, il ajouta :

- "Regarde ! Le mien est beau tandis que le tien est laid de blessures et de larmes."

Avec humilité, le vieux moine répondit :

- "Ce que tu dis est vrai et juste ! Mon cœur est laid de blessures et de larmes mais, même si tu me donnais le tien, jamais je n'échangerai avec le mien jeune Sadhu."

A ces mots, un doute traversa l'esprit du jeune sadhu alors que Shankara poursuivait :

- "Mon cœur est laid de blessures et de larmes car, vois tu, chacune de ses blessures personnifie l'amour que j'ai donné. Souvent, j'ai donné aux autres une partie de mon cœur, pour souvent, recevoir en échange une partie du leur. Voila pourquoi mon cœur est laid !"

Devant les fidèles et le jeune sadhu qui restaient silencieux, avec compassion il ajouta

- "Il est laid, car quand je reçois des autres une partie de leur cœur, leur partie ne vient pas parfaitement s'imbriquer dans le vide de celle que je leur ai donné ! C'est ainsi qu'il fut déformé. Quant aux déchirures que tu peux y voir, elles sont le fait que parfois, j'ai offert sans recevoir, par volonté ou par dépit. Alors, voila pourquoi malgré sa laideur apparente, je n'échangerais mon cœur pour rien au monde."

L'intonation de son visage subitement changée, le jeune Sarup, descendit les quelques marches qui le séparait du vieux moine et s'immobilisa devant lui.

Là, tremblant, il arracha un morceau de son cœur pour la tendre vers le sien, avec dévotion.

Le vieux Shankara accepta ce cadeau, et avec bienveillance, il retira une partie du sien pour la placer dans la blessure de cœur du jeune sadhu.

Surpris, Sarup regarda alors son cœur laid de la blessure et tout en versant des larmes, il s'agenouilla devant Shankara, le vieux moine.

Et c'est ainsi que ce termine ce conte.

Alors ?

Alors chères toutes et chers tous, Sarup, le jeune Sadhu, venait de comprendre que son cœur avait perdu de sa perfection, mais par contre, il savait maintenant, que celui ci était devenu bien plus beau qu’il ne l’avais jamais été.

Bien plus beau, depuis que l’amour provenant du cœur de Shankara, coulait dans le sien...

De même, n'oublions pas aussi de lire le texte ci dessous : il pourrait nous ouvrir encore quelques portes.

Cristal Himalaya

 

"Aujourd'hui, c’est la société du chacun pour soi ! L’important, c’est ce que je veux. Il y a peu de bienveillance, de compréhension, de prévenance pour les désirs des autres ; on fait peu attention au fait que ce que nous voulons peut heurter quelqu’un d’autre. On pourrait penser, à bon droit, qu’on devrait être totalement comblé(e)s puisque c’est le règne du « tout pour moi, tant pis pour les autres - chacun pour soi ! » On est maintenant libres de faire tout ce qu’on veut. Pensez-y : on a assez de nourriture, on a un logement, on a plein de vêtements et on est libre. On peut faire tout ce qu’on veut, pourquoi alors ne sommes-nous pas parfaitement heureux ? Pourquoi le taux de suicide est-il si élevé parmi les jeunes qui ont tant combattu pour obtenir cette liberté qui devait les rendre éternellement heureux ? Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ? Notre société de consommation voue un culte à l’individu, particulièrement à l’individu qui réussit. Pour réussir, nous devons faire ce que la société nous dicte. Nous devons nous habiller d’une certaine manière, nous devons manger le même type de « malbouffe », nous devons boire, fumer et avoir l’air cool. Après, nous réussirons, nous aurons plein d’amis et nous serons heureux pour toujours. Mais ça ne marche pas. Pourquoi ? Peut-être parce qu’on ne se réalise pas vraiment en contentant nos propres désirs, peut-être parce que l'on ne trouver le vrai bonheur qu'en pensant aux autres..."

Enseignement de la Vénérable Jetsunma Tenzin Palmo

 

14695333 1129245567182849 4163027496912883260 n

Jeu de Couleurs

Jeu de Couleurs

" ... " 

encre sur papier

25 sur 35 


passe partout 40 sur 50

avec certificat d'authenticité 

prix : 150 euros

 

livraison gratuite en France

 

028 1

Ensemble ...

Ensemble pour le Plus Grand Bien de Tous 
Que la Paix puissent être intégrer dans l'Expression de toute l'Humanité 
4803

 

Jeu de Couleurs

"Fluide "

acrylique semi liquide

carton toilé 30 sur 40

avec certificat d'authenticité 

prix : 250 euros

livraison gratuite en France

 

Img 2745

 

Le bonheur ...

Ce qui m'intéresse, ce n'est pas le bonheur de tous les hommes, c'est celui de chacun .

Boris Vian

 

 

Jeu de Couleurs

encre  sur papier 17 sur 27

passe partout 30 sur 40

avec certificat d'authenticité 

prix :  50 euros

une partie sera versé à l'association Djampa

livraison gratuite pour la France 

Img 3003

 

Pensée de Cristal du 4 juillet 2016

Le plus grand bien que nous faisons aux autres, ce n'est pas de leur communiquer notre richesse, mais bien de découvrir la leur ! En cela, il nous faut comprendre qu'existe une loi immuable et indestructible, celle que les êtres bons nous rendent meilleurs, simplement car leur bonté développe en nous notre sens du bien. Peut importe notre couleur, notre langage, nos valeurs et nos vies, ce qui importe voyez-vous, ce n'est pas ce qui nous différencie, mais ce qui nous rassemble ! Et oui, aucune différence n'existera entre nous toutes et tous, si un instant un seul, nous unissons nos esprits pour ensemble bâtir cœur à cœur, un monde meilleur.


Cristal Himalaya .

13592229 1046508362107856 7150173946149439755 n

Jeu de Couleurs

"Avant " 

acrylique 

sur toile 20 sur 20 

avec certificat d'authencité 

prix : 50 euros 

une parti sera versé à l'association Djampa

Img 2564

 

Jeu de Couleurs

" L'Amitié "

acrylique sur toile 40 sur 50 

vendu

28 octobre 2014

L'ARC- EN- CIEL QUI VOULAIT ENTRER DANS LE COEUR DES GENS

Il était une fois un arc-en-ciel qui voulait entrer dans le coeur des gens.

 

 Il trouvait que le coeur des gens était terne et triste et il avait envie de mettre plein de couleurs dedans ; mais chaque fois qu'il voulait s'approcher, il trouvait porte close. Tous les coeurs qu'il rencontrait étaient fermés à double tour. Et plus les coeurs étaient fermés, plus il insistait. Et plus il insistait, plus les coeurs se fermaient. Il déploya ainsi longtemps son énergie à vouloir forcer le coeur des gens, au point de se retrouver épuisé, au point de ternir ses propres couleurs. Il se demandait si les gens ne voulaient surtout rien recevoir de peur de devoir donner. Peut-être ne sont-ils pas prêts à recevoir ; peut-être ne sont-ils pas prêts à donner, se disait-il.

 

 Quand il s'en retourna au pays des arcs-en-ciel, découragé et triste, ses pensées encore tournées vers tous ces gens fermés à l'amour des couleurs et aux couleurs de l'amour, il croisa ce qui lui sembla être les restes d'un arc-en-ciel ; ce dernier, en effet, était tout délavé, tout pâle, bref, il avait une bien mauvaise mine. Celui-ci lui raconta alors que l'envie lui était venue, à lui aussi, d'aller dans le coeur des gens, et qu'il en était revenu dans cet état-là, vidé de ses couleurs, vidé de ses forces. C'était comme s'il avait traversé le plus effroyable des orages.

 

 Il raconta que les coeurs qu'il avait visités avaient bien accueilli son idée de partage des couleurs, mais qu'en fait, l'idée de partage ne leur suffisait pas, ils voulaient tout prendre, ils en voulaient encore des couleurs, et ils en voulaient d'autres, ils voulaient toutes les couleurs, même celles qui étaient vitales pour l'arc-en-ciel. Et à donner sans compter, l'arc-en-ciel avait fini par mettre sa propre vie en danger et il avait dû fuir ces coeurs-là pour aller se refaire une santé dans le pays des arcs-en-ciel.

 

 Et les deux arcs-en-ciel se racontèrent ainsi leur excursion dans le monde du coeur des gens et l'expérience que, chacun à sa manière, ils avaient vécue. Et ils se racontèrent leur vie, surpris de ne s'être pas rencontrés plus tôt dans le pays des arcs-en-ciel. Il faut dire que le pays des arcs-en-ciel est très grand.

 

 Et après avoir longuement partagé leur ressenti au contact de certains coeurs humains, les deux arcs-en-ciel arrivèrent à la conclusion que c'était orgueilleux de leur part que de vouloir mettre leurs couleurs dans le coeur des gens, qu'il était plus humble, quoique difficile, de laisser chaque coeur humain créer, à son rythme, ses propres couleurs.

 

C'est ainsi que les deux arcs-en-ciel renoncèrent à leur désir de mettre des couleurs dans le coeur des gens et ne s'occupèrent plus, dans le pays merveilleux des arcs-en-ciel, et non sans une pensée et une prière pour leurs frères humains, que de maintenir leurs propres couleurs dans leur plus bel éclat.

 

Patricia Belardinelli

64a9cf5bae09b248128357dc41e0c86c d410d0f

Extrait du livre "poèmes d'amour et caetera " de Anne-Catherine Sabas- collection Sajat

Gratitude 

Lorsque la gratitude embaume mes pensées ,

Libérant en mon cœur des flots de plénitude 

Elle m'envole vers toi qui a ensemencé

Ma vie de mille dons volés aux habitudes

J'ai reçu des cadeaux bien souvent dans ma vie 

Quelque injures aussi , de la haine lancée 

A mes pieds malgré moi , des sourires ravis ,

Des pleurs et des espoirs capable de panser ...

Je n'ai rien répondu , car les jours prennent et donnent 

Selon l'inspiration qu'on attend même pas 

Et le présent vivace s'offre et nous pardonne 

L'aveuglement passé . Ce soir la gratitude 

Offre ces mots vers toi dont je n'oublierai pas 

Le don que j'ai chéri comme une certitude .

 

12552819 229530880717803 2691013525158881794 n

Jeu de couleurs

"Au début ... du temps "

acrylique sur toile 50 sur 60

avec certificat d'authenticité 

 

30 novembre 2014

Jeu de couleurs

" Nature " 

encre sur papier
papier  20 sur 30 
passe partout 30 sur 40

avec certificat d'authenticité 

009 2

Poème

Des doigts glissant sur une peau
Mon regard plongeant dans tes yeux
Une âme caressant un cœur à mains nues
Mon souffle se mêlant à ton air

Un toucher, deux touchées...

~ © Jyotananda Sathyam

 

http://jyotananda.blogspot.fr/

 

Sculpture: "La Jeune Tarentine" de Alexandre Schoenewerk

10253812 523560854420918 5724467245760267528 n 1

Jeux des Couleurs

Tous mes Jeux de Couleurs sont en vente 

me contacter par mail : dupont.bettina@laposte.net

 

Je Vous souhaite une belle journée 

 

12974512 974803722626455 567293430649417228 n

Pensée du Cristal de 19 avril 2016

La paix, quel bien grand mot que celui ci dans notre esprit ! Nous la cherchons partout sur la terre, nous en parlons beaucoup, nous faisons des lois pour tenter de la créer, mais au delà de tout cela, si nous n'arrivons pas à la trouver, ce n’est pas parce nous essayons et échouons, mais plus surement parce que nous n'essayons pas car nous avons peur d'échouer, vous comprenez ? Et puis d'ailleurs pourquoi de grands discours sur la paix, puisqu'elle est là, là en chacune et chacun de nous ? Elle commence ici, en toi, en moi, en nous, en vous ! Alors ? Alors créer la paix est un acte aussi simple que celui de respirer : il fait partie de nous ! Osons ouvrir les yeux de notre cœur pour accueillir cette paix, qui dès lors, telle une vague dans l'océan, apportera son énergie de bien à toute notre humanité.
Cristal Himalaya .

13001290 999374286821264 6458930583168764473 n

Jeu de Couleurs

Jeu de Couleurs en aquarelle .


aquarelle : 12 sur 17
passe partout :18 sur 24

 

13001274 466055290260519 8527886414883176210 n

Jeu de Couleurs

" Océan "

technique mixed

toile 30 sur 40 

avec certificat d'authenticité 

 

Img 2747

Jeu de Couleurs

" Fluide "

acrylique semi-liquide 

carton toilé 

30 sur 40 

avec certificat d'authenticité 

 

Img 2745

Jeu de Couleurs

" ...... "

acrylique semi-liquide 

sur carton toilé 

30 sur 40

avec certificat d'authenticité 

prix : 250 euros

livraison gratuite en France 

Img 2744

Jeu de Couleurs

" Jeu de la terre "


avec pigments des Ocres 
sur papier 19 sur 29
passe-partout 30 sur 40

 

prix de vente : 90 euros 

 

020

RÉVÉLER LA CONSCIENCE

"La ressemblance que l'artiste doit obtenir, est celle de l'âme... 
C'est elle seule qui importe. C'est celle-là que le sculpteur ou le peintre doit aller chercher à travers le masque. En un mot, il faut que tous les traits soient expressifs, c'est à dire utiles à la révélation d'une conscience". 


Auguste RODIN

10632589 1677163855898528 196352598318553691 n

Vœux pour la nouvelle année 2016

En ce temps de grand changement collectif et individuel , il est plus que nécessaire d'être réellement à l'écoute de Soi-même et à l'Autre , d'être dans la Fraternité , de la Compréhension , de la Compassion envers l'Autre .

Car dans nos différences nous sommes tous Egaux ..

Alors je souhaite que Le Monde Nouveau puisse se manifester en chacun de nous .

Plein d'amour envers Vous .

Bettina

 

4174

Jeu de Couleurs

" Expandre" 

acrylique sur toile

30 sur 30

 

Img 2587

Jeu de Couleurs

" Avant "

acrylique sur toile

20 sur 20

 

Img 2564

Jeu de Couleurs

" C'est ... "

encre sur papier

15 sur 25 

passe-partout 30 sur 40

 

Img 2653

Jonathan Livingston le goéland

Un film de Hall Bartlett, adapté du roman de Richard Bach : « Jonathan Livingston Seagull – a story », publié en 1970 aux États-Unis et en 1973 en France. 

Jonathan Livingston est un jeune Goéland en quête de liberté et d’absolu. Il ne se contente pas de voler pour se nourrir comme ses congénères, non ! Il vole pour le plaisir de voler. Il n’a de cesse de se dépasser, de dépasser ses propres limites, de voler au-delà de sa condition de Goéland. 

Or, comme chez nos amis les humains, il ne fait pas bon sortir des sentiers battus. Qu’on s’avise à remettre en cause le système et c’est aussitôt l’ostracisme et l’exclusion. On ne défie pas impunément les lois indiscutables du clan. Mais qu’importe, pour l'esprit éveillé la liberté n’a pas de prix. 

Un conte Philosophique qui nous invite à aller au-delà de nous-mêmes. 

Bon voyage… 

 

 

 

 

Pensée de Cristal du 30 novembre 2015

Chères toutes et chers tous, la vie c'est comme une fleur, à ce que l'on dit, vous voyez ! Et tout comme cette fleur, notre vie, justement, a besoin de soleil et de pluie pour s'épanouir. Et oui, car tout comme la fleur, nous avons besoin de soleil et de pluie, les deux sont aussi important l'un et l'autre ! Et puis d'ailleurs en parlant de fleurs, ne pensez vous pas, que si chaque jour, nous jetions simplement une fleur sur le chemin de notre prochain, les routes de la terre n'en seraient pas plus belles et plus agréables ? Il n'en tient qu'à nous pour changer, après tout ? Et si nous décidions de juste essayer ? Une fois, juste pour voir...

 

Cristal Himalaya

 

Rose petals 693570 960 720

Jeu de couleurs

Acrylique sur toile 

20 sur 20 

vendu

 

Img 2570

Le conte des maux de tête

Dans ce pays-là, que je connais bien pour l'avoir visité, tous les enfants naissaient avec une graine d'amour, qui ne pouvait germer que dans leur cœur.

Ce qu'il faut savoir, c'est que cette graine avait une particularité… très originale, en ce sens qu'elle était constituée de deux moitiés de graines.

Une moitié de graine d'amour pour soi et une moitié de graine d'amour pour autrui. Vous allez tout de suite me dire : “Ce n'est pas juste, c'est disproportionné, ça ne peut pas marcher ! Une moitié pour un, d'accord, car il faut s'aimer. Mais une seule moitié de graine d'amour pour autrui, pour tous les autres, ah non alors ! Cela va bien au début de la vie, quand un enfant n'a pas beaucoup de personnes à aimer, seulement sa mère, son père, un ou deux grands-parents… Mais plus tard, vous y pensez, plus tard, quand devenu adulte chacun est susceptible d'aimer beaucoup de personnes, cela est déséquilibré. Une seule moitié de graine d'amour à partager entre tant d'amours… Cela est invivable !”.

Oui, vous me diriez tout cela avec passion, mais c'était ainsi dans ce pays ! Et d'ailleurs, ceux qui savaient laisser germer et laisser fleurir chacune de leurs moitiés de graine d'amour, avec intensité, avec passion, avec enthousiasme et respect, ceux-là découvraient plus tard qu'ils pouvaient à la fois s'aimer et aimer, aimer et être aimés.

Ceux qui ne développaient qu'une moitié de graine, soit en s'aimant trop, soit en n'aimant que les autres, soit encore en n'aimant qu'une seule personne au monde, ceux-là avaient des mi-graines qui durcissaient, qui durcissaient tellement leur cœur… que parfois leur tête éclatait de douleur.

Ah ! Vivre seulement avec une mi-graine d'amour, cela doit être terrible ! D'autant plus qu'il n'y a aucun remède à ces migraines et qu'elles sont susceptibles de durer des années.

Ainsi se termine le conte des maux de tête qui sont surtout des maux de cœur…

Jacques Salomé

 

527987 464860856879261 938507124 n

Récit d'une rencontre par Nicolas Ughetto

Fin septembre dans le Ventoux, c’est ta première sortie d’observation pour localiser les acteurs de ta future pièce de théâtre numérique, je veux parler des cerfs que tu aimes tant aussi.

Lorsque les températures chutent et que les couleurs tournent, les forêts du Ventoux commencent à résonner des râles rauques de quelques grands mâles en quête d’amours.

Par expérience, ce vendredi … de septembre, vers 18 heures, tu sais qu’il fait encore trop chaud et que le brame ne fait que commencer, pourtant tu décides d’y aller quand même...

Après 25 minutes de marche ascensionnelle pénible en sous-bois, tu décides de t’arrêter un moment pour reprendre ton souffle mais surtout pour observer longuement. A peine immobile, des dizaines de mouches viennent te coller le visage, signe de surchauffe durant ton ascension que tu as exécutée trop couvert comme à ton habitude.

Je te croyais plus affuté que cela, toi le photographe…

C'est à ce moment-là que ton odeur m'est parvenue. Inquiète pour les miens, je vais te suivre.

Un regard circulaire acéré te fait te souvenir de chacune des clairières où tes nombreuses rencontres éphémères ont eu lieu les années précédentes... Et si le douze cors était encore là cette année ? Pourtant, pas de traces d'une place ni de son passage et peu d’empreintes sur le sol récemment raviné par les derniers orages violents. Conscient que ce sont souvent tes déplacements qui trahissent ta présence, je sais que déjà tu t'interroges : « c’est surprenant que je n'ai dérangé aucune biche ni croisé aucun jeune cerf. Mais où sont ils ? »

Dix longues minutes, stériles, passent ainsi... La lumière baisse encore quand la combe en face de nous se met à s'animer de bruits de pierres retournées. Un, puis cinq, dix, vingt, une trentaine de sangliers en quête de nourriture soulèvent avec leur nez le maigre tapis de sol composé d’un peu d’humus parfois habité et de beaucoup de calcaire en plaques éclatées.

Tu décides alors de les approcher : faute de grives, on mange des merles ! Cela te prendra alors 10 bonnes minutes et tu vas te retrouver pratiquement au cœur la harde...

Je t'observe : toutes mes félicitations, un vrai chasseur tu es devenu !

Tu es parfois même tellement près, à moins de 10 mètres de certains, que les courants d'air et ton odeur d’homme finisse une nouvelle fois par te trahir. Un grognement et les voilà en train de fuir bruyamment.

Tu décides alors, en revenant à ta quête première, de te diriger vers une de tes places préférées. Même si tu n y as jamais réussi de grandes photos, ce lieu a toujours été pour toi riche de promesses : beaux décors, paysage magique avec le sommet du Ventoux comme sublime arrière-plan.

Tu décides alors patience, immobilité et observations silencieuses afin de tenter de déceler enfin la présence d'un cervidé. Les minutes passent...Rien !

Plus que quelques secondes et le disque solaire disparaîtra sous la grande aile du Ventoux. Tu montes bien sûr en iso en anticipant une prise de vue éventuelle : 1600 iso et F4 te permettront d’assurer une photo mais pour cela il te faudrait beaucoup de chance, mais tu ne le sais pas encore, car à part nous...

Tous tes sens sont en alerte. Pourtant tu ne décèles pas d’odeur particulière ni de trace laissée sur les branches des chênes ni sur les rares pins. Aucun indice de présence, c’est pourtant bien le début du brame. Connaissant parfaitement le secteur, tu décides de t’enfoncer davantage encore dans les bois sans doute pour maintenant provoquer une rencontre. C'est alors que je me décide à te rapprocher, car mon inquiétude parentale croît. Quel sens te guide maintenant et pourquoi prends-tu cette direction ? Instinct des hommes ou hasard bienveillant ? Je ne le saurais jamais.

Un vent plus frais vient alors te refroidir le visage et le corps tout entier. Tu avances face à lui. Il est pour toi une aubaine car dans ta progression, ton odeur ne trahira désormais plus ta présence. Seuls tes mouvements au ralenti et le bruit amorti de tes pas dans le sous-bois peuvent te trahir.

Tu avances alors comme l'un des nôtres en chasse, un pas, au ralenti, puis un autre ; le lourd trépied garni comme un bouclier devant toi. Ce que tu ignores, c'est que nous sommes établis ici depuis quelques semaines et que ne trouveras pas ce que tu cherches. Tu récidives doucement, un nouveau pas et encore un autre... lorsque ce que je redoutais va se produire, un mouvement furtif gris et roux à la fois attire tes yeux à une vingtaine de mètres devant toi.

L'imprudent ...!

Chien ou renard roux? Non tu es sûr de toi. Pas un charbonnier non plus.

Le temps de faire plus vite quelques pas et de scruter à nouveau dans la direction de cet éclair disparaissant, tu prends vite toute la dimension de l’animal qui est devant toi.

Il continue de marcher en s’éloignant de toi, avec un pas quasi dansant et à chaque fois qu’il pose une patte au sol, tu dois le trouver encore maladroit, pataud, comme si il y avait une disproportion entre la taille de ses pattes et le reste de son corps. Moi, je le trouve élégant, mais pas assez méfiant. Je n'ai pas terminé son éducation, il ne sait pas encore qu'une odeur peut en cacher une autre.

Son dos est gris comme celui d’un lièvre, le derrière de ses oreilles fines et pointues d’un roux de lièvre aussi, sa queue est courte et relativement fine.

Il file, il file devant toi puis sa trajectoire s’arrondit pour disparaître...

La scène qui a duré une dizaine de secondes a du te paraître une belle éternité gaspillée. Longtemps, quand tu essaieras de revivre ces instants au ralenti, tu te demanderas pourquoi la stupeur ressentie a pu te distraire au point de ne pas en avoir une trace photographique.

Moi, je t’observe de plus près encore mais tu es tellement captivé par mon fils qui sans doute me cherche que tu n'imagines même pas ma présence.

Tu essaies de t'adapter en te déplaçant encore à pas feutrés et te mettant en mode réglage manuel car la lumière décline encore et le sous-bois devient de plus en plus épais, des troncs de chênes blancs recouverts de lichens moussus doivent t'empêcher de faire la photo de tes rêves..

C'est seulement maintenant que l'odeur âcre et forte de l'un de nos derniers festins doit t’envahir les narines. Blaireau, cerf en rut ou animal en décomposition, tu hésites et tu cherches du regard, autour de toi. Tu prends enfin conscience que tu approches d'une scène de crime...Tu ne vois toujours rien, même pas mes yeux ni ma silhouette là, juste derrière toi... Soudain, c'est un petit hurlement, qui trahit sa présence avec certitude et qui te permet à nouveau de le localiser avec précision.

Il se tient là, confiant, assis, ignore ta présence et regarde devant lui en te tournant le dos, le nez au vent en hurlotant quelques secondes une mélodie que tu dois trouver lugubre.

Maintenant, à 40 m environ de toi, mon jeune fils écoute... une aubaine pour toi, sans doute le temps de faire quelques photos flous à travers les troncs sérrés, depuis la position inconfortable que tu occupes, tes pieds glissant sur le sol trempé.

Impossible de réussir j’imagine une mise au point correcte : trop d’obstacles entre lui et toi ; pourtant tu persévères.

Il simule à nouveau un hurlement mais cette fois, aucun son ne sort de sa gorge levée au ciel. Il finit par regarder de côté t’offrant ainsi une zone de mise au point plus grande et tu sais en le regardant que tu peux alors espérer réaliser une photo plus nette...

Non, tu ne rêves pas ! ... C'est le brame d'un cerf au loin qui te fait retourner à la réalité.

Déjà presque 3 minutes que tu es en notre présence...

Il reprend alors son pas dansant tel un jeune chiot au pas lourd et disparaît définitivement pour toi.

Tu espères encore le revoir et tu te décales de quelques mètres quand tu comprends enfin la cause de cette odeur tenace qui te prend maintenant à la gorge et qui devient insupportable.

Un magnifique dix cors est allongé sur le sol à moitié dévoré. C'est lui qui dégage cette odeur poivrée musquée caractéristique de ces grands animaux morts.

C’est notre garde-manger. Il était si faible ce cerf que pour nous ce fut une vrai opportunité.

Toi le photographe passionné je t’ai laissé t’approcher et rencontrer un membre de ma famille, mais sois prudent, fais bien attention à qui tu montreras sa photo.

En 2010, dans les carnets du Ventoux, je te disais déjà « Il y a ceux, qui, en bandes, habillés en fluo me voient comme un concurrent et me tirent souvent comme un vulgaire sanglier, ceux avec un bâton à la main qui m’accusent, sans procès, de décimer leurs troupeaux alors que des chiens sans collier errent affamés dans leur périmètre. »

Les choses ne se sont pas améliorées bien au contraire, nos cousins les plus proches, que vous appelez parfois les « loups tchèques » qui sont dans vos foyers chassent et tuent pas plaisir et nous font accuser de tous les maux de la terre..

Souvent j'entends hurler ces loups-chiens et ils sont de plus en plus nombreux. Souviens-toi du récit de ton jeune ami photographe qui a été témoin oculaire, en août dernier, non loin d'ici, de cette mise à mort d'un sanglier de 30 kg par 2 loups-chiens.

Il y a 5 ans je te disais aussi « Toi le photographe qui me ressemble un peu, tu comprendras que nous ne sommes pas prêts à nous établir sur ce territoire occupé. Un jour alors dans des centaines de lunes, là-bas dans cet endroit que tu ne connais pas encore, et que tu découvriras peut être, je déclinerai ma vie de loup aux quatre saisons du Mont Ventoux ».

Les années ont passé, tu n’as pas encore découvert notre tanière mais tu viens, ce soir, de faire connaissance d'un de mes louveteaux, né pas très loin d'ici. Si je t’ai laissé le découvrir, c'est que ton approche secrète et discrète sur notre territoire me plaît.
 

Je t’ai entendu parler de nous et de toute la faune sauvage et je vois avec quelle minutie et quel respect tu parles de nous.

Mais, photographe, je t'implore ! Dis aux tiens de ne pas nous abattre comme des chiens galeux et de surveiller leurs loups chiens égorgeurs de troupeaux pas toujours bien surveillés.

Mais toi le photographe, tu pourras témoigner car tu n'es, hélas, pas le seul à nous avoir croisés...

 

 

Nicolas Ughetto 

 

http://www.nicolas-ughetto.com/

 

 

A8509b4769c37c63e695c701dac84110 ph02cg

 

Mes Jeux de Couleurs

Tous mes Jeux de Couleurs sont en vente .

me contacter : bettina.dupont@laposte.net

 

Img 2474" ..... " 

encre sur papier 

18 sur 28

passe-partout à devenir 

avec certificat d'authenticité

PLUS DiSPONIBLE

Jeu de couleurs

" Légère "

 

Acrylique sur toile 

46 sur 55

avec certificat d'authenticité

 

me contacter par mail : dupont.bettina@laposte.net

 

Vendu

 

Img 2454

Pensée de Cristal du 28 septembre 2015

Chères toutes et chers tous, il faut toujours nous évertuer à tirer notre force de nous-même, et non d'aller la quérir dans la faiblesse des autres, vous voyez. Et oui, car vous savez, en ce monde, nous ne serons jamais plus fort que le plus faible maillon de la chaîne. Voila pourquoi, nous ne devons jamais oublier, que toute force réside dans la pensée juste ou la juste pensée, selon ? Alors, faisons toujours appel aux forces de l’âme, pour que notre chemin soit toujours le bon, pour que nos choix soient toujours justes, et pour ne jamais oublier, que l'autre est aussi et toujours une partie de nous-même non encore reconnue. Qu'attendons-nous ?

Cristal

1138

Jeu de couleurs

" in utéro "  

encre  sur papier 

28 sur 38 

avec passe partout ... encore à définir

avec certificat d'authenticité 

PLUS DISPONIBLE

Img 2470

 

Jeu de couleurs

" Obscurité et Espoir "

acrylique sur papier 

28 sur 38

avec passe partout  ........  encore à définir 

avec certificat d'authenticité 

 

 

me  contacter par  mail : dupont.bettina@laposte.net

 

 

Img 2466

Jeu de Couleurs

" ....... " 

acrylique  sur toile

60 sur 75

avec certificat d'authenticité 

 

 

Vendu

 

 

Img 2447

Pensée du 11 septembre 2015 de Cristal

Chères toutes et chers tous, la paix, quel bien grand mot que celui ci dans notre esprit ! Nous la cherchons partout sur la terre, nous en parlons beaucoup, nous faisons des lois pour tenter de la créer, mais au delà de tout cela, si nous n'arrivons pas à la trouver, ce n’est pas parce nous essayons et échouons, mais plus surement parce que nous n'essayons pas car, nous avons peur d'échouer, vous comprenez ? Et puis d'ailleurs pourquoi faire de grands discours sur la paix, puisqu'elle est là, là en chacune et chacun de nous ? Elle commence ici, en toi, en moi, en nous, en vous ! Alors ? Alors créer la paix est un acte aussi simple que celui de respirer : il fait partie de nous ! Osons ouvrir les yeux de notre cœur pour accueillir cette paix, qui dès lors, telle une vague dans l'océan, apportera son énergie à toute notre humanité. Qu'attendons nous.

Cristal...

 

11179964 827735753970726 7378190183220933356 n

Pensée du 5 septembre 2015 de Cristal

Chères toutes et chers tous, rien dans ce monde ne remplacera jamais ce qui est l'essence même de l'homme : l'esprit, l'amour, la compassion, et la compréhension. En cela, nous devons bien comprendre qu'il n'existe pas d'êtres supérieurs, ni d'êtres inférieurs, car ici, il n'existe que des êtres différents, simplement différents. Mais alors, pourquoi dans notre cœur devenons nous intolérantes et intolérants ? Ne voyons-nous pas que nous sommes toutes et tous les maillons d'une même chaine ? Alors oui, je nous demande de rêver ! Je nous demande de rêver d'un monde ou les hommes n'auront plus peur des uns et des autres, un monde ou les hommes feraient preuve de tolérance envers les uns et les autres. Au delà de tout ce qui nous sépare les uns et les autres, regardons d'abord ce qui nous rassemble les uns et les autres : nous sommes toutes frères et sœurs, de la même famille, celle de l'humanité. Qu'attendons-nous ?

Cristal...

 

 

10873028 878288935550242 6840587685599347523 o 1

Pensée du 13 août 2015 de Cristal

Chères toutes et chers tous, bien souvent, par habitude ou par volonté, nous ne cessons de mettre en regard ce que nous sommes et ce que nous devrions être. Toutefois, cette manière d'agir et de penser fait que, justement, nous nous mesurons toujours à quelque chose ou à quelqu'un dans notre vie ! Et vous savez, si nous regardons bien, cela est une des principales causes de nos conflits. Mais alors pourquoi, sachant cela, nous continuons de nous comparer toujours à d'autres ? Si nous perdions cette habitude ou celle volonté, nous serions simplement nous ! Nous avec nos qualités, nous avec nos défauts ! Oui, ne nous comparer à personne, c'est devenir ce que nous devons être vraiment, devenir nous, tout simplement. Qu'attendons-nous.

Cristal..

 

 

Sun dance by violetessa d4b79mn

Jeu de Couleurs

" Feu de La Création " 

 

acrylique  sur toile - 38 sur 46

 

PLUS DISPONIBLE

 

 

Img 2107

Jeu de Couleurs

" Expression de ... "

 

acrylique sur toile - 50 sur 70

 

PLUS DISPONIBLE

 

 

 

Img 1994

 

Le point commun ...

"Nous avons tous un point commun : nous voulons tous être heureux. Pas seulement les êtres humains, mais aussi les animaux, les insectes, les oiseaux, tous les êtres. Tous les êtres veulent être heureux. Aussi, quand nous rencontrons quelqu’un, nous devrions avoir cette pensée à l’esprit : « Puisses-tu être en paix et heureux(se) ». Nous n’avons pas besoin de la dire à voix haute, ressentons simplement ce sentiment de bienveillance dans nos cœurs. Que nous appréciions ou non cette personne ne doit pas rentrer en ligne de compte. Un cœur heureux est un cœur ouvert aux autres, quelle que soit la façon dont ils nous traitent. Si nous nous relions aux autres en partant du cœur, si nous voulons leur bonheur sans nous soucier de savoir si eux nous rendent ou non heureux(ses), si nous souhaitons simplement de bonnes choses aux autres, alors, lentement, notre cœur commencera à s’ouvrir. Et un cœur ouvert est un cœur heureux même quand il absorbe la souffrance des autres..."

 Tenzin Palmo.

 

 

Lotus blossom 694645 640

Jeu de Couleurs

"Croissance "

acrylique sur papier

27 sur 37

 

avec certificat d'authenticité 

prix de vente :200 euros

Img 1927

Pensée de Cristal du 4 mai 2015

Chères toutes et chers tous, le pardon est un témoignage rendu à la bonté, un témoignage qui est en nous depuis le premier instant de notre existence. En cela, pardonner, c’est faire preuve de volonté pour percevoir chacun, y compris nous-même, soit comme une source d’amour, soit comme quelqu’un ayant besoin d’amour. Et oui, car voyez-vous, en pardonnant, nous refusons vraiment de lutter contre l’amour ! Alors dans cet état d'amour, il ne nous est plus nécessaire de trouver les mots pour demander pardon, car au fond nous sommes déjà pardonnés. Le pardon est la plus belle fleur de l’arbre de l’amour, savez-vous ?

Cristal

Buddha wallpapers photos pictures serenity

La rose du temps

Rose blanche by renoux

http://www.anne-catherine-sabas.com/

Pensée du jour de Cristal

"Chères toutes et chers tous, en vérité, tant que tu nous ne pouvons pardonner à autrui d’être différent de nous, nous sommes loin du chemin de la sagesse, nous apprends un proverbe chinois. En cela, le sentiment du vrai et du faux ou du juste et de l’injuste est le principe fondamental ! Et oui, car le plus haut degré de sagesse est de savoir plier son caractère aux circonstances et de faire le calme intérieurement en dépit des orages extérieurs, en considérant le vrai et du faux, le juste de l’injuste ! C'est ainsi que nous commencerons à accepter et à transcender la différence, les différences, vous comprenez ? Nous sommes UN. qu'attendons-nous ?"

Cristal Himalaya

10873028 878288935550242 6840587685599347523 o

Jeu de Couleurs

Jeu de Couleurs

encre sur papier 

25 sur 35 / passe partout 40 sur 50

avec certificat d'authenticité 

prix de vente : 150 euros

frais transport gratuite pour la France 

 

 

Img 1857

 

 

 

 

 

 

028

 

 

 

015 1

Quand tu seras prêt

 

Quand tu seras prêt à faire ton miel

Tu trouveras mon cœur.

 

Quand je sentirais ton désir

Mes ailes s’ouvriront aux tiennes.

 

Dans l’amour

Se rejoint ce qui attend de se déployer.

 

 

Michèle Théron  ©

Ob 51d6e8 p3910979 sign

 

 

 

Je Vous souhaite ...

" Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns.
Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier.
Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences.
Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants.
Je vous souhaite de respecter les différences des autres,parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir.

Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque.
Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.
Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable. "

Jacques Brel

Prickly bud 2 by elspeth 66 d5e3crm

 

Pensée du 28 mars 2014 de Cristal

"Chères toutes et chers tous, en vérité, naître sur cette terre est une mission sacrée vous savez. Et oui, car c'est une responsabilité qui nous a été confié ! En cela, ce don que nous avons reçu, ce don qui nous a été confié, dépasse tous les dons offerts aux fleurs, aux poissons, aux forets, aux oiseaux, aux minéraux, ainsi qu'à toutes les choses et êtres vivants, vous comprenez ? Voila pourquoi, la raison pour laquelle, nous sommes les seuls capables de prendre soin de cette terre, tout comme nous avons le devoir de prendre soin des êtres qui la peuplent. Qu'attendons-nous ?"

Cristal

Ae147ddabfb10ea04d72ff066ad53382